Une (nouvelle) agression s'est déroulée ce matin sur le périmètre Toulousain. Les faits ont eu lieu ce samedi matin dans le TER 871451 Toulouse 7h49 / Ax les Thermes 9h43, précisément entre Auterive et Cintegabelle. L'ASCT contrôle un passager prétendant avoir un billet de train sur son téléphone portable, mais celui ci était déchargé. L'ASCT lui prête alors son chargeur afin de scanner le titre de transport. Une fois le portable allumé, l'individu montre une photo du distributeur de billets régional en argumentant que l'automate n'a pu lui délivrer de titre de transport Midi Pyrénées Emploi. C'est alors que notre collègue lui demande si il a de quoi régulariser sa situation à bord ou si il a des papiers. Face aux réponses négatives, l'ASCT commence à établir un PV pour voyage sans titre de transport avec les informations contenues sur la carte Pastel, support billetique de la région. L'établissement du PV se déroule sans aucun incident. Mais alors que l'ASCT s'éloignait sur la plate forme, une fois le PV remis, le resquilleur le suit et lui assène deux coups de poings au visage et un au dos. L'ASCT réussit à éloigner son agresseur. Ce dernier désirait continuer d'en découdre. Un militaire en civil est alors intervenu afin de le maîtriser. L'ASCT a prévenu le PC sureté.
L'agresseur a été interpellé à Saverdun puis relâché par les forces de l'ordre; notre collègue avait d'abord décidé de ne pas déposer plainte. Finalement, l'ASCT a terminé son service à Foix pour y être pris en charge. Il souffrait alors de douleurs dorsales. Il a déposé plainte et a consulté un médecin dans la journée. Il a été placé en arrêt jusqu'à lundi, jour de la consultation du médecin légiste. L'agresseur a été interpellé en début de soirée grâce aux informations figurant sur la carte Pastel.

Cette agression est la énième survenue sur le secteur de Toulouse depuis début Novembre. Samedi dernier, un autre ASCT Toulousain avait été agressé à Carcassonne. Ayant un passager sans titre de transport, sans argent et sans pièce d'identité, notre collègue a appliqué une procédure de RI. Laquelle a été effectuée à Carcassonne par les forces de l'ordre. Une fois la procédure finie, l'ASCT est allé déposer ses affaires au local coupure et est ressorti afin d'aller se chercher à manger. Il a alors croisé le chemin du resquilleur ayant fait l'objet de la procédure de RI. Mécontent, il lui a asséné un coup de poing au visage. L'ASCT a été pris en charge à Carcassonne, conduit aux urgences où un RET d'astreinte l'a rejoint.

Nous témoignons de notre soutien à l'égard de ces deux ASCT agressés, ainsi qu'à tous les autres ASCT ou cheminots récemment agressés partout en France.

Lundi dernier, à bord du TER Lyon Part Dieu 10h24 / Saint Etienne 11h09, une Stéphannoise a été agrippée au col par un voyageur sans titre de transport qui avait auparavant copieusement invectivé le personnel SNCF en gare de Lyon Part Dieu. Maîtrisé à bord du TER, l'agresseur a été interpellé en gare de Givra Ville où notre collègue a été prise en charge. Placé en garde à vue, l'agresseur devrait fait l'objet de poursuites judiciaires pour les faits qui lui sont reprochés.
Jeudi, deux ASCT Grenoblois ont été agressés en gare de Grenoble, gifflés par une adolescente sans titre de transport pendant qu'ils la verbalisaient.
Durant la semaine écoulée, 4 agressions, non précisées, ont affecté des ASCT Ouigo. L'une a eu lieue mardi soir à Marseille Saint Charles, les ASCT ont reçu une bouteille jetée en pleine figure alors qu'ils rejoignaient leur lieu de couchage. L'auteur du geste aurait raté son train avant de s'en prendre aux collègues. Mercredi midi, une femme refusant de payer le supplément bagage de 20€ a forcé le filtrage et a frappé trois ASCT présents sur l'accueil embarquement. Les ASCT Ouigo ont exercé leur droit de retrait durant la matinée de vendredi.